Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

60's - Page 2

  • Fanatic / Die! Die! My Darling (1965)

    Cliquez sur l'image pour accéder à la chronique :

    fanatic movie still 2.jpg

  • Terreur et glamour : montée et déclin du studio Hammer (2017)

    Un documentaire de Jérôme Korkikian

    A l'occasion de la programmation d'Arte consacrée au Royaume-Unis à l'été 2017, la Hammer Film, la firme spécialisée dans les films de monstres que nous aimons tant, est célébrée à sa juste valeur : un tout nouveau documentaire, riche en interviews récentes d'invités de marque, et en extraits rares, est une bonne opportunité pour se replonger dans l'histoire de ce studio aux films gothiques constellés de sexe et de sang ! Le documentaire est rediffusé pour Halloween 2019.

    Lire la suite

  • La chambre des tortures (1961)

    Un film de Roger Corman

    Le succès couronna La chute de la maison Usher (Corman, 1960) ; les producteurs d'American International Pictures ne traînèrent pas pour demander à Corman un autre film inspiré d'Edgar Allan Poe, sans pour l'instant conceptualiser une véritable série. C'est The Pit and the Pendulum qui fut choisi : le film constitue une des plus belles pages du cycle en formation.

    Lire la suite

  • Ciné d'Asie : La diablesse aux mille visages (1969)

    Un film de Chung chang-Wha

    22474933077_a253d7e81f_z.jpgQuelques années avant le succès planétaire de La main de fer, le réalisateur coréen Chun Chang-Wha réalise pour le compte de la Shaw Brothers cette comédie d'action érotisante qu'est La diablesse aux mille visages. S'inspirant ouvertement des Fantômas de Hunnebelle pour le personnage principal et la trame narrative, puis des James Bond pour le visuel riche et grandiloquent, le réalisateur signe une bande pop en diable, dignement épaulée par une partition jazzy.

    Repaire souterrain, jeunes filles affriolantes, fumigènes colorés, torture électrique et riches hommes d'affaires se prélassant de spectacles  sexy dans des salons chics, tout convoque une certaine esthétique du plaisir et de la légèreté, à contre-courant des films de kung-fu aux personnages torturés que nous livrent d'habitude la Shaw. La même année sort d'ailleurs Le bras de la vengeance, suite au One-armed Swordsman de Jimmy Wang-Yu, où transparaît déjà l'ambiance serial (gadgets, surenchère sanglante). A notre connaissance, La diablesse aux mille visages montre pour la première fois chez la Shaw un aspect sexy assumé (gros plans sur petite culottes et soutiens-gorges bien remplis à la clé), qui sera plus tard prégnant dans le magnifique Intimate Confessions of a Chinese Courtesan (1972), du maître Chu Yuan.

    Totalisant une petite heure et seize minutes au compteur, La diablesse aux mille visages est donc un film atypique du studio, où la légèreté est le maître mot. Deux policiers fripons tirent le film vers la comédie et clôturent d'ailleurs le métrage sur une note hédoniste et coquine.

    Le montage, serré, donne aux séquences d'action une dynamique appropriée. Les quiproquos induits par les changements de tête de la diablesse sont bien amenés (la journaliste éprise de son homme deviendra ainsi le témoin, par écran interposé, de la tromperie involontaire de celui-ci, qui croit pourtant faire l'amour avec sa promise...). Pour déjouer cette erreur, l'homme trouvera un mode de détection infaillible ! Les femmes fortes ont le dessus dans cette aventure fantaisiste, où elles n'hésitent pas à faire usage de leur don inné pour le combat rapproché.

    Quelle bonne idée de la part d'Arte de diffuser en novembre cette petite perle psychédélique : si vous aimez les spectacles colorés, funky et un brin parodiques, vous savez ce qu'il vous reste à faire !

    La page dédié au film sur Arte

    Disponibilité vidéo : DVD - éditeur : Wild Side Video

    TemptressOfaThosandFaces_maintitle.jpg