Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

80's

  • L'enfant du diable (1980)

    Un film de Peter Medak

    Les films de maisons hantées sont nombreux, et certains d'entre eux sont reconnus comme des classiques du septième art : La maison du diable (Robert Wise, 1960), Les innocents (Jack Clayton, 1961), Shining (Stanley Kubrick, 1980) ou Poltergeist (Tobe Hooper, 1982). Il y a en d'autres qui, sans avoir reçu les honneurs de la critique, méritent qu'on s'y attardent. L'enfant du diable est de ceux-là.

    Lire la suite

  • Midnight Run (1988)

    Un film de Martin Brest

    Un ancien flic (Robert De Niro), désormais chasseur de primes, accepte un contrat facile : ramener à Los Angeles un comptable (Charles Grodin) qui a arnaqué la mafia... mais la route est semée d'embûches.

    De Niro, Grodin et Yaphet Kotto nous embarque dans une comédie policière bien mouvementée du réalisateur du Flic de Berverly Hills : bienvenue dans les années 80 !

    Lire la suite

  • Mask (1985)

    Un film de Peter Bogdanovich

    D'un film de commande, Peter Bogdanovich va faire de Mask un récit poignant et personnel. Sa découverte aujourd'hui, via l'édition DVD/Blu-Ray d'Elephant Films (en exclusivité mondiale !) est un beau cadeau en ce début 2018.

    Lire la suite

  • The Thing (1982)

    Un film de John Carpenter

    Une menace protéiforme, la neige, un groupe uniquement masculin pris au piège d'une station isolée en Antarctique : comme tous les bons films de Big John, l'apparente simplicité du film est aussi sa plus grande force, et un terrain de jeu idéal pour exprimer les tensions nécessaires au déroulement de l'histoire. Film mal-aimé à la postérité tardive, aujourd'hui chef d'oeuvre d'une totale évidence : bienvenue dans l'antre de la chose... A vos risques et périls.

    Lire la suite

  • White of the Eye (1987)

    Un film de Donald Cammell

    Propulsé par une recherche visuelle et auditive impressionnante, le méconnu White of the Eye vaut aussi pour son scénario retors. Réhabilitation.

    Lire la suite