Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

presse

  • Fantastyka : la complète !

    Il y a quelques jours, une de mes quêtes prenait fin ; la reconstitution de la collection complète de la revue Fantastyka, soit 24 numéros parus entre 1993 et 2002. Mon premier numéro fut le dernier paru il y a presque quinze ans. Longtemps, ce fut le seul, bien que j'ai toujours aimé me replongé dans ce numéro 24, qui mettait en avant le fabuleux La maison du diable (Robert Wise, 1963). Puis, il y avait ce dossier, que je trouvais à la fois bizarre et totalement inédit dans ce que je connaissais de la presse ciné d'alors : les parodies fantastiques, où Pierre Gires, déjà âgé, nous parle de Abbott et Costello, Jerry Lewis ou de Topper. Le texte se terminait d'ailleurs par un "Suite et fin dans notre prochain numéro" qui n'a jamais vu le jour.

    Alain Schlockoff et ses compères Pierre Gires et d'autres rédacteurs s'engagent bénévolement pour retracer les grandes heures du cinéma fantastique, et leurs artisans : Mark Robson, Paul Naschy, Maria Montez, Dona Leon, Ray Milland, etc. Comme dans la revue Midi-Minuit Fantastique, la Hammer Films a droit à un traitement de faveur au sein de plusieurs numéros de la revue. Jean-Claude Romer, déjà rédacteur dans Midi-Minuit, apporte d'ailleurs son concours à Fantastyka. Pour achever la filiation des deux parutions, le premier numéro de Fantastyka relate l'hommage rendu à Forrest J. Ackerman, créateur de Famous Monsters of Filmland et inspiration revendiquée de Midi-Minuit. Les dossiers sont copieux et illustrés de photos en noir et blanc. 

    La rédaction de L'Écran Fantastique a remis le couvert depuis l'été 2012, en publiant les derniers dossiers de Pierre Gires et de nouveaux par une nouvelle équipe, en intégrant Fantastyka comme un supplément géant de L'Écran Fantastique (l'indispensable Gilles Penso, déjà à l'oeuvre sur la revue originelle, est de retour !).

    Sous la rubrique Flashback Presse Cinéma, je vous parlerai de cette revue fabuleuse, en intégrant les premières et quatrième de couv' de chaque livraison.

    L'index de Fantastyka sur DevilDead

    A bientôt sur Le film était presque parfait !

  • Focus presse : Star Wars Insider 1

    16744855043_39fa9ba69e_m.jpgAlors que la campagne marketing autour du prochain film Star Wars s'intensifie, un nouveau magazine débarque en kiosque ; il est l'héritier d'une revue que l'on avait plus vu depuis un bail, Lucasfilm Magazine, dont la publication s'était arrêtée en 2009. Six années et un changement d'éditeur plus tard (Panini remplace Delcourt), c'est reparti pour un tour de Faucon Millenium avec un mélange de traductions du magazine américain éponyme et autres textes inédits. La passation entre l'ancien (magazine, éditeur) et le nouveau est peut-être le plus réussi dans la nouvelle mouture : Patrice Girod, rédacteur en chef de Lucasfilm magazine, écrit un billet aussi passionné qu'émerveillé sur la renaissance de la saga ; il interviendra régulièrement dans Star Wars Insider. Puis c'est Aurélien Vivès, éditeur de Star Wars en VF et grand spécialiste de l'univers, qui trousse un article bigrement intéressant sur l'ihistorique de la publication de Star Wars en France, qui replace les grands moments des BD Star Wars dans leur contexte.

    Autres documents dignes d'intérêts, la partie sur les costumes de Star Wars Episode IV : Un nouvel espoir (le Star Wars originel), agrémenté de nombreuses photos et croquis ; également, le focus sur Joe Johnston -en réalité une longue interview-, à la manœuvre aux effets spéciaux de la trilogie originale. Il deviendra ensuite réalisateur avec Rocketeer (1991), Jumanji (1995), ou plus récemment Captain America : First Avenger (2011). Revenant notamment sur Battlestar Galactica, la série d'origine à laquelle il participe en 1978 et qui posa de gros soucis à George Lucas, il dit notamment :

    "La série a permis de faire évoluer la technologie de Star Wars presque jusqu'au niveau de L'empire contre-attaque. Je crois qu'il y avait un plan qui contenait 25 éléments dans Galactica, ce qu'on aurait jamais pu réaliser sur Star Wars."

    L'empire contre-attaque ne serait donc pas visuellement ce qu'il est dans cette série des années 70... Cette dernière est d'ailleurs ressortie récemment en Blu-ray aux Etats-Unis.

    Le contenu du reste de la revue (elle fait tout de même 96 pages) est bien moins pertinent pour moi : beaucoup sur Star Wars Rebels, la nouvelles série animée, des faux articles à base de listes commentées (du genre 50 raisons d'aimer la trilogie originale, Rinzler présente ses cinq fins préférées, un doubleur de Star Wars Rebels nous fait son Top 10...), un article sur Harrison Ford qui parle plus d'Indiana Jones (!!!) que de Star Wars... Et des erreurs continues qui masque mal la mauvaise adaptation des écrits américains : Sur ce dernier article avec Harrison Ford, on nous rapporte que le coffret Indiana Jones vient de sortir en Blu-ray -en fait édité en 2012, je le rappelle ; mais aussi, et c'est plus embêtant, l'annonce erronée de la sortie de la saison 6 de Clone Wars en France. Cette dernière n'est en effet parue qu'aux Etats-Unis et, si le coffret Blu-ray est disponible en Allemagne, la VF est québécoise... Que dire enfin de la preview de la BD à sortir dans un autre magazine (m^me pas le début de l'histoire !) ? Ce numéro 1 croule sous le remplissage, il est à espérer que la formule se bonifie au fur et à mesure de l'approche de la sortie de l'Episode VII. En l'état, le rédactionnel de la revue comics Star Wars est presque plus convaincant ! L'avenir nous dira si les articles d'Insider seront aussi plus en phase avec son équivalent américain.

  • Focus presse : Clap!

    14770807267_c444c85a4f_m.jpgComme chaque été, j'ai l’œil sur les numéros spéciaux de la presse ciné ; cette fois-ci, les sommaires des différents numéros annoncés (un Spécial gore chez Mad Movies, un Super-héros chez l'Ecran Fantastique) n'ont pas su attisé ma curiosité.

    Parlons donc d'une vraie nouveauté, un nouveau mag de ciné trimestriel, Clap !, issu du site internet du même nom. J'y ai aimé la variété des contenus (David Fincher rencontre le cinéma gay et lesbien, True Detective fraie avec Les chevaliers du Zodiaque, Twin Peaks avec la hype-mais-pas-trop Naomi Kawase... J'aime également le rapprochement entre la presse papier et les chroniqueurs ciné du web, tel les échappés de DVDClassik ou les papiers signés Sandra Mézière (consoeur de la plateforme de blogs Hautetfort) ; bref, une variété de contenus inédite et salutaire, avec une réelle exigence éditoriale. Seul le flashback sur Brando ne me paraît pas un si bonne idée, monstre sacré certes, mais tellement traité déjà...

    Je vous laisse avec l'accroche de leur critique sur Edge of Tomorrow, le blockbuster SF avec Tom Cruise qui est effectivement loin d'être hors-sujet : L'ombre d'Alain Resnais ?

  • Flashback Presse Cinéma : Midi-Minuit Fantastique n°1

    14853437706_a15a800b4c_m.jpgToujours à l’affût des projets originaux dans le domaine du cinéma, la maison d'édition Rouge Profond nous a permis il y a quelques mois de redécouvrir tout un pan de la littérature cinématographique des années 60 avec la publication du premier tome d'une intégrale de la revue Midi-Minuit Fantastique, comprenant les six premiers numéros, augmentées de reproduction en couleurs de magnifiques photographies d'exploitation. Le mérite en revient évidemment surtout à Michel Caen, rédacteur en chef de la revue, et à Nicolas Stanzic, auparavant auteur d'un ouvrage indispensable sur la Hammer Films. Pour vous replonger dans une époque aujourd'hui révolue, de prime découverte et d'émerveillement pour le cinéma fantastique, je vous propose un bref compte-rendu de chaque numéro de la revue.

    Midi-Minuit Fantastique ouvre un territoire qui n'existait pas à l'époque, proposant une réflexion approfondie sur le genre que nous chérissons, entre autres, dans ces lignes. Ainsi, dans le premier numéro de la revue, daté de mai-juin 1962, les rédacteurs (Jean-Claude Romer, Alain Le Bris, Michel Caen, Jean Boullet, Paul-Louis Thirard, Michel Nuridsany), ont trouvé un thème fédérateur : le réalisateur Terence Fisher, grand architecte du cinéma de la Hammer, qu'ils apprécient par-dessus tout (et ils sont presque seuls dans ce cas-là à l'époque). Même si l’œuvre de Fisher n'est pas terminée, il a depuis longtemps déjà posé les jalons de son cinéma, notamment avec les relectures du cycle des Universal Monsters : principalement Frankenstein s'est échappé (1957), Le cauchemar de Dracula (1958), La nuit du loup-garou (1962). Et les cinéphiles passionnés de la revue de décortiquer la filmographie du réalisateur sont un angle quasi-uniquement visuel ; les figures du sang, du château, de l'érotisme sont ainsi abordées, de même que le mythe de Frankenstein.

    On remarque que la musique, importante dans la constitution d'une ambiance Hammer, n'est symptomatique pas évoquée dans le numéro, alors que d'autre part, le directeur photo Jack Asher est tout de suite repéré comme un artisan notable du charme des images made in Hammer. La répartition des illustrations, nombreuses dans la revue, est souvent construite sur des comparaisons avec les anciennes versions des films (Universal versus Hammer), les articles étant également épaulés par les dessins à l'encre d'Adrien Dax. A la suite des articles thématiques, on trouve un cahier critique des nouveautés sorties dans les genres qui intéressent la revue ; Jean Boullet nous donne par exemple envie de voir L'épée enchantée (Bert I. Gordon, 1962). Dès ce premier numéro, on note également l'accent mis sur le côté encyclopédique de la revue, misant à chaque fois que l'occasion le permet sur la liste : filmographies commentées à tous les étages.

    Découvrir ces précieux documents aujourd'hui génère bien des surprises, la première d'entre elle étant l'intemporalité de l'écriture et le sérieux de l'analyse. Bien qu'on soit en plein voyage dans le temps culturel, les textes ne peuvent être réduits à de simples documents historiques relatant les débuts de la cinéphilie fantastique à la française et gardent aujourd'hui toute leur pertinence. On relèvera particulièrement dans ce numéro l'édito de Jean Boullet sur "Terence Fisher et la permanence des mythe",  témoignant d'un profond amour du cinéma fantastique et reconnaissant en Terence Fisher son nouveau prophète du genre... alors même qu'il n'a pas encore vu un seul de ses films ! Aujourd'hui, à mon tour de témoigner ma plus grande gratitude envers les cinéphiles passionnés qui ont permis l'exhumation de ce trésor inestimable : Michel Caen et Nicolas Stanzic, merci à vous pour le cadeau que vous faîtes aux amoureux du cinéma fantastique qui redécouvrent aujourd'hui l'origine de leur passion ! Quant à moi, je vous donnerai régulièrement rendez-vous ici-même au fur et à mesure de la lecture de l'imposant et magnifique pavé constituant le premier tome de cette intégrale.

    Pour plus d'infos concernant Midi-Minuit Fantastique, une seule adresse : midiminuitfantastique.com

  • Focus fanzine : Cinétrange HS, Nos années 80

    13926277048_4b9587e6c3_n.jpgAujourd'hui, retour sur une publication éminemment sympathique : Nos années 80, émanation papier de Cinétrange réalisée par une dizaine de rédacteurs, sous l'égide d'Eric Noël. Initialement prévu d'un bloc, cette production paraît finalement en deux volumes en mai 2012 et mai 2013.

    Le thème, même s'il commence à être rebattu par les cinéphiles nostalgiques, avait tout pour me plaire : le ciné de genre des années 80. La maquette de couverture, inspirée (on retrouve côte à côte Mad Max, Snake Plissken ou Chuck Norris, puis Roddy Piper et Michael Duddikoff, alias le American Ninja, mais aussi Richard Harrison, un des acteurs bis célébré par Nanarland). Le programme des réjouissances est donc alléchant !

    Outre la maquette intérieure, travaillée et en noir et blanc, le contenu rédactionnel est franchement intéressant, par la variété des thématiques abordées comme par sa qualité intrinsèque. On apprécie tout particulièrement les quatre pages sur Moonwalker (Jerry Cramer, Colin Chilvers, Jim Blashfield, 1988) et le dossier consacré à Lucio Fulci, tandis que le digest sur les ciné bis italien, aussi sympa soit-il ne peut rivaliser avec l'exceptionnel Hors-série sorti par Mad Movies en 2003 (toujours disponible dans leur boutique !). De bonne tenue également, le dossier sur le cinéma de genre australien et néo-zélandais : au programme évidemment, Peter Weir, Peter Jackson, mais également des cinéastes moins connus comme Vincent Ward, un temps attaché à la réalisation d'Alien 3 avant de passer la main à David Fincher. Un grand bravo à toute l'équipe, en particulier à Nunzio Cusmano pour la maquette et les textes de qualité.

    Ce n'est pas tous les jours qu'une publication sur le cinéma propose quatre pages sur La galaxie de la terreur (Bruce D. Clark, 1981), production Corman fortement inspirée d'Alien ; ou encore, quatre pages sur Les maîtres de l'Univers, où la ligne de jouets Mattel s'animait sous les traits de Dolf Lungren ou Frank Langella. Passant ainsi allègrement de la série Z au blockbuster, la sélection des œuvres est diablement subjective mais euphorisante ; tous les rédacteurs nous donnent envie de découvrir ou de revoir ces films, les nanars peut-être encore plus que les autres ! Bon, un papier sur La forteresse noire (Michael Mann, 1983), aurait trouvé avantageusement sa place dans le fanzine, plutôt que 2010, l'année du premier contact (Peter Hyams, 1985), mais que voulez-vous... l'investissement est tout de même hautement recommandable !

    Pour commander, une seule adresse : Sin'art