Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mission : Impossible - Fallout (2018)

Un film de Christopher McQuarrie

Le dernier opus de la célèbre franchise du cinéma d'action arrive dans les bacs cette semaine : vous reprendrez bien un peu de Tom Cruise dans votre collection ?

Le film

Depuis plus de vingt ans, la superstar américaine a repris les rênes de la saga télévisée pour en faire une franchise, d'abord typée espionnage (le premier film de Brian De Palma, vieille école), avant de tout miser sur l'action et l'hyper-entertainment : des grands-huit frénétiques dont les séquences spectaculaires constituent la principale attraction.

Christopher McQuarrie connaît bien Tom Cruise : il ont travaillé ensemble sur huit films en dix ans. McQuarrie rempile en 2018 pour Fallout, avec un succès historique à la clé pour la franchise : près de 800 millions de dollars de recettes mondiales, loin devant les (déjà dodus) 691 millions de Protocole fantôme. La formule marche donc belle et bien, depuis le tout début :le premier film est le plus gros succès du réalisateur Brian De Palma. Depuis le troisième épisode et la reprise en main de J.J. Abrams (toujours producteur sur Fallout), la saga a clairement pris un tournant, chaque nouvel épisode devenant le mètre-étalon en matière d'action.

La franchise Mission : Impossible a défini également la carrière du Tom Cruise d'aujourd'hui : renforçant son pouvoir au sein de l'industrie et l'imposant peu à peu comme une star à l'ancienne, de celles qui n'hésitent pas à mouiller la chemise et qui sont en même temps leur meilleur VRP.

Vingt-deux ans après le premier opus, Tom Cruise veut faire savoir qu'il est toujours d'attaque, en assurant toutes les cascades, surtout les plus dangereuses. La campagne marketing de Rogue Nation misait tout sur la séquence du décollage d'un avion, auquel Tom Cruise s'accrochait tant bien que mal, à l’extérieur de la coque bien sûr. Cette façon de vendre le film s'est vérifié pour Fallout : sa meilleure pub étant sûrement la cascade ratée de Cruise, soldée par une cheville cassée en sautant entre deux immeubles. Comme dans Rogue Nation, les séquences aériennes ont toujours un rôle prépondérant : celle en chute libre, ainsi que le dernier acte du film, de véritables exploits old school évitant au maximum les trucages. Les autres cascades ne sont pas en reste, notamment une course-poursuite dans les rues de Paris (Tom à contre-sens place de l'Étoile, ça en jette).

4894539.jpg

Si les grands principes d'un film Mission : Impossible sont ici respectés (un leader hanté par son passé, une équipe soudée, un plan qui se déroule avec beaucoup d'accroc, une mission impossible), ce qui fait de Fallout un épisode spécial réside dans sa structure même ; le film ne donne pas le temps de souffler une seconde. C'est simple : on a l'impression que Tom Cruise passe son temps à courir, sauter, conduire une moto, piloter un hélicoptère, le tout en échappant toujours de justesse à une mort certaine. Comme les autres, vous me direz, hé bien non : c'est d'un tout autre niveau ! Ces numéros spectaculaires sont soutenues par une musique tonitruante de Lorne Balfe, très zimmerienne comme de bien entendu (il fait partie de Remote Control Productions, le studio de Hans Zimmer), qui mixe les percussions tribales et les basses de Inception avec le thème bien connu de Lalo Schifrin.

Ce récit sans temps morts nage en plein faux semblants (les masques, toujours présents et réservant leur lot de twists) et reste toujours sur le fil. Rien ne se passe comme prévu, mais Hunt et son équipe ont finalement toujours deux coups d'avance et s'en sortent royalement. Un peu comme le personnage de Cobra (le manga de Buichi Terasawa) qui prend tout à la coule, improvise, mais est sauvé in fine par son sens de la débrouille (et une chance insolente). M:I - Fallout ne s’encombre d'ailleurs plus d'un quelconque soucis de réalisme, croulant devant tant d'exubérances aventurières. Ethan Hunt pilote par exemple sans sourciller un hélicoptère sans avoir suivi une quelconque formation. Étonnamment, le spectateur ne se désintéresse pourtant pas du scénario ou du sort des personnages ; c'est là l'apport que personne ne peut nier : l'implication totale de sa star, Tom Cruise. Il réalise toutes ses cascades, comme un Bébel de la grande époque. Mais sa présence dans tous les plans (dans les documentaires présentés en bonus, on pourrait croire qu'il est aussi le réalisateur) donne aussi une autre dimension au film : celle de ne plus voir le personnage, le rôle, mais l'acteur. En temps normal, ce n'est pas un avantage et met de la distance entre le film et son spectateur : ici, c'est comme si cet effacement de la fiction rapprochait le spectateur de l'action. Le film offre un spectacle à l'ancienne malgré son évidente modernité, où l'on sourit autant à l’invraisemblance assumée de l’ensemble que l'on frissonne en imaginant les sueurs froides des agents d'assurance de Tom Cruise.

L'extravagance assumée de l'ensemble fait de cette mission (vraiment) impossible la plus accomplie, sans conteste le meilleur de l'action cette année. Son gigantisme, la réussite de ses cascades et le sentiment d'urgence qui court sur tout le film en sont la preuve : mais que va inventer Tom pour la suite ?

 

Le Blu-ray81kGWmdiN9L._SX342_.jpg

Paramount livre une édition sans faute pour ce blockbuster attendu : la galette respecte les choix esthétiques du réalisateur et de son chef-opérateur, pour un rendu plus riche que jamais dans l'histoire de la saga. Sa déclinaison en 4K affine encore le rendu, avec une bonne restitution du grain. Il s'agit d'un véritable master 4K et non d'un upscale comme c'est encore souvent le cas. Il magnifie notamment les deux longues séquences en Imax, occasionnant un changement de format (2.39:1 vers 1.90:1). Les nuances sont magistralement rendues sur toutes les scènes, y compris nocturnes.

Les bonus sont nombreux, comprenant un commentaire audio du réalisateur et de Tom Cruise, un long making-of à voir absolument pour se rendre compte de la réalité des cascades, des scènes coupées et autres documentaires. Bref, une édition à ne pas rater si vous avez été séduit par cet actioner à la fois jouissif et rugueux. Avant le bilan 2018, le top action 2017 est d'ailleurs à redécouvrir sur Cinetrafic.

 

Disponibilité vidéo : En DVD, Blu-Ray, Blu-Ray 4K Ultra HD et coffret DVD / Blu-Ray Intégrale Mission : Impossible le 5 décembre – éditeur : Paramount Pictures France + Facebook

 

Critique rédigée en partenariat avec Cinetrafic

QoCnMDGw_o.jpg

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel