Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rage (2018)

Un film de Rustam Mosafir

La bonne équipe de Wild Side nous a dégoté un film russe qui délivre son lot d'action, d'aventures et de sang, à mi-chemin entre la série Vikings et Wolverine (oui, oui). Voyons ce que cette livraison a dans le ventre !

Dans les steppes orientales, il y a bien longtemps, des tribus rivales se déchirent. Ainsi, Lutobor, un redoutable guerrier, voit sa femme et son bébé lui être enlevés ; accompagné de Weasel, prisonnier de la tribu ennemie, il va devoir "remonter la chaîne alimentaire" pour affronter les brutaux ravisseurs.

Articulé autour de scènes de combats aussi régulières que dynamiques, toutes filmées en plan séquences, ce récit d'aventure et de vengeance réserve quelques bonnes surprises ; notamment un production design très nettement au-dessus de la moyenne, les costumes, masques et maquillages révélant de saisissantes visions. Si la photographie n'est pas forcément à la hauteur, forçant souvent le trait dans l'enluminure (paysages filtrés, acteurs prenant la pose), cette course haletante se regarde sans ennui aucun. La mise en scène ne nous épargne par ailleurs aucun détail gore, illustrant la cruauté barbare des personnages. Le montage aurait pu être plus vif et réactif : tout cela reste malgré tout honnête, dans le paysage des films récents avec des combats.

Si le duo de personnages principaux que tout oppose n'a rien de bien original, il faut bien dire que l'acolyte Weasel est tout à fait fascinant : avec son accoutrement, son allure et son regard de chien fou, cette imprévisible bête, qui a toutes les raisons de faire mordre la poussière à Lutobor, est vraiment remarquable. 

RAGE-photoMVV_2934_.jpg
L'imprévisible Weasel

Si l'on sent constamment les influences (sans les séries plus ou moins historiques comme Vikings, dans lesquelles les luttes de pouvoirs et les renversements brutaux sont monnaie courante, ce film n'aurait certainement pas vu le jour), le film a suffisamment d'atouts pour plaire. Le dernier tiers, qui donne son titre au film (même si ce n'est pas clair : au générique, le film est aussi titré Le dernier Scythe ; Rage, s'il est plus passe-partout, évite peut-être de rappeler l'univers Star Wars ?) ajoute une dimension presque fantastique au métrage : ma foi, ce mélange était plutôt intriguant. Si Rage ne restera certes pas comme l'un des films les plus marquants de 2018, les amateurs y trouveront certainement leur compte.

Disponibilité vidéo : DVD zone 2 / Blu-ray zone B - éditeur : Wild Side, sortie le 4 juillet 2018

Chronique réalisée en partenariat avec Cinetrafic

Écrire un commentaire

Optionnel