Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Spetters (1980)

Un film de Paul Verhoeven

Après Soldier of Orange (1977), grande fresque historique au budget conséquent, Verhoven se tourne vers un projet plus modeste, qui parle de la jeunesse de l'époque en Hollande. Il ne s'attendait peut-être pas à déclencher un tollé dans son pays, événement dont le "Hollandais violent" est plus coutumier aujourd'hui.

Spetters impressionne encore aujourd'hui par la facilité avec laquelle le film présente une jeunesse active, révoltée, mais pour autant ordinaire. Une bande d'amis se passionne pour le moto-cross, encense son idole (Gerrit Witkamp, interprété par Rutger Hauer), fait des rencontres, ont des expériences sexuelles variées. La grande originalité du métrage est de commencer sans réel fil rouge, en totale opposition avec une narration classique. Les personnages vont et viennent sans être particulièrement introduits auprès du spectateur, les événements arrivent brusquement, des accidents tragiques surviennent sans cérémonie ou coup de cymbale particulier. Les courses de moto, nombreuses, sont filmées de façon nerveuses avec des angles renforçant l'implication du spectateur dans la séquence. Verhoeven avour même s'être inspiré de la course de chars de Ben-Hur pour l'une d'elle.

Il résulte de ce traitement une brutalité, une crudité des relations particulièrement bienvenue, qui sort le spectateur de ses habitudes, lui fait perdre ses repères. De même, aucune barrière politiquement correcte ne semble résister au film, si bien que, même s'il s'agit d'un film qui sort dans le circuit officiel et grand public, l'on y voit des sexe masculins, ds relations sexuelles (certes simulées), qui pourrait tout à fait figurer au sein d'une production moins visible commercialement. La Hollande ne passe évidemment pas cela à Verhoeven, qui se retrouve à l'époque avec son pays à dos.

Les scènes sortent la plupart du temps renforcées de ce parti-pris du "tout peut arriver". Un jeune homme plutôt bien parti pour suivre les traces de son idole a un accident de moto qui le laisse paralysé, la jeune fille qui le courtisait change dès lors de partenaire, allant vers celui qui lui donnera le plus de perspective d'avenir (et d'argent). Un autre, homosexuel, se fait tabasser et violer la nuit tombée par des délinquants. Enfin, un rencard à quatre se solde par une scène irrésistible ou chacun fait croire qu'il est en train de faire l'amour à sa partenaire. Un sentiment de liberté, de rejet des conventions cinématographiques reste toujours très fort aujourd'hui lorsqu'on découvre le film, enfin édité dans l'hexagone via BQHL. Une sortie salutaire à voir absolument, pourquoi pas en double séance avec Elle, dernier essai en date d'un Verhoeven très inspiré.

Disponibilité vidéo : DVD zone 2 - éditeur : BQHL

Spetters 1.jpg

Écrire un commentaire

Optionnel