Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Batman contre le fantôme masqué (1993)

Un film de Eric Radomski & Bruce W. Timm

5107278159_31e6c01f5a.jpg

Après la sortie retentissante du premier volet cinématographique de Batman signé Tim Burton, la Warner initie une série télé adaptée de cet univers. Grâce à l’équipe créative dirigée par Bruce Timm, elle restera dans les annales comme une série résolument adulte, très sombre sur le fond comme sur la forme (le concept de départ, abandonné par la suite, étant de dessiner non pas sur des feuilles blanches mais sur un fond noir). S’inspirant de l’univers gothique dépeint dans le film de Burton, elle se révèle très fidèle aux aventures de Batman dans les comics depuis les années 40. Devant le succès de la série, et après le deuxième volet de Tim Burton qui n’a pas plu aux pontes de la Warner, sort Batman contre le fantôme masqué (ou Batman : Mask of the Phantasm, titre aux consonances oniriques plus en phase avec le ton du film).

Batman se retrouve aux prises avec un mystérieux tueur en série aux apparitions théâtrales, qui ne sont pas sans rappeler les siennes. Les bandits le confondent dans un premier temps avec le Dark Knight, ce qui rapproche les deux figures dès le début ; l’accent est rapidement mis sur la névrose de Batman et la réelle possibilité qu’il ait pu basculer du mauvais côté. Ainsi, après avoir entendu une attaque verbale contre Batman à la télévision ("Batman est aussi dangereux que les criminels qu’il neutralise, c’est un maniaque !") Alfred fait remarquer ironiquement à Bruce "Mais quelle calomnie, vous qui êtes si sain d’esprit ! Au fait, j’ai repassé vos collants et vos petites boules de gaz explosif...". Son attitude lors du premier affrontement du film ne laisse pas de doute sur son état mental : il marche quasi sadiquement un malfrat qui est déjà à terre. Plus tard, Wayne se verra entendre dire que "c’est une chance qu’il n’ait pas versé du mauvais côté : toutes ces années, [Alfred a] redouté que cela n’arrive". Batman / Bruce Wayne est sur la corde raide ; il est d’ailleurs, comme ici, régulièrement confondu avec les bandits qu’il pourchasse (on en a la démonstration dans Batman et Red Hood).

5107278447_e05708702b.jpg

Le thème musical de la série, réorchestré, fait intervenir des chœurs accentuant la dimension tragique du personnage. Commençant par un vol plané au dessus de la ville, on se rend compte des apports du cinéma sur la série : l’écran 4 :3, de mise sur la série, fait place à l’écran large, et la finition des décors fait encore un bond en avant, élément déjà très travaillé par ailleurs. Si la charte graphique est respectée sur les visages, les décors se voient effectivement plus détaillés, s’offrant même durant le générique introductif un relief du aux images de synthèse. Cette ouverture fait montre à la fois d’un combat aux résonances mythologiques, à la fois entre le bien et le mal, mais aussi entre les deux faces du personnage principal : empreint de majesté et psychose tout à la fois.

5107278285_a98c78c94e.jpg

L’univers du film est tout à fait en accord avec celui de la série, ancré dans les années 40, avec ces voitures, ces chevelures permanentées, ces gangsters au chapeau mou, cigare en bouche et mitraillette rondelle à la main. L’aspect graphique est, comme pour la série, héritée en droite ligne des travaux de Max Fleischer sur la série animée Superman des années 40, entre simplicité des traits, yeux aux traits fins, esthétique globalement "carrée". Ils sont les éléments clés d’une atmosphère film noir, où l’on retrouve le personnage central de la femme fatale, ici Andrea, une ancienne petite amie de Bruce qui refait brusquement surface. Ses yeux bleus et sa sophistication, associé aux blessures du passé, vont bousculer le héros. Comme tout bon film de super-héros, Batman contre le fantôme masqué fait appel  à des flash-backs qui forment une histoire parallèle complète. La romance du jeune Bruce et d’Andrea trouve des échos dans la période du présent du film. Plus encore, c’est dans la partie "rappel des origines" que le film trouve sa force, exposant pour la première fois les débuts de Bruce Wayne en tant que justicier masqué. L’instant de la mise au noir, le passage du masque, est tout bonnement magnifique, Alfred étant le premier surpris de l’apparence menaçante (et convaincante) de son protégé. Le film évite dans ces origines la redite de la mort des parents Wayne, vu dans quasiment tous les films de la saga cinématographique.  Classicisme et nouveauté, la recette d’un succès qui fait perdurer celui de la série animée. Et que serait Batman sans son éternel ennemi, le Joker ? Il est ici bien présent, bien que son rapport avec l’intrigue soit carrément tiré par les cheveux pour pouvoir l’intégrer à l’histoire. Il exploite les ruines d’un âge d’or dans lequel Bruce n’avait pas encore à être Batman, trouvant son royaume dans le parc d’une exposition aux mécanismes rouillés, mais toujours opérationnels. Il livrera une bataille homérique avec le Détective.

5107278563_f85105fb3b.jpg

Des ingrédients savamment dosés, exploitant tout le potentiel créatif de l’équipe de la série TV : une œuvre d’animation qui vaut bien des films live, aussi bien en terme de dramaturgie que par son ambition esthétique. Le premier succès d’une série de films d’animation de chez DC, qui continue aujourd’hui encore avec la sortie de Batman et Red Hood.

Source images : captures du dvd Warner Bros. Home Video

Commentaires

  • Vous me donnez envie de redécouvrir ce film. Ca remonte à tellement longtemps ! Par hasard, auriez-vous vu les séries animées "Gotham Knight" produite entre Batman Begins et The Dark Knight ? Je suis curieux d'avoir votre avis à ce sujet !

  • Pas vu Gotham Knights pour l'instant ; je suis tenté, mais les échos ne sont guère encourageants... En attendant de pouvoir les découvrir, je me repasse les épisodes de la série animée de Bruce Timm, dont je ne me lasse pas !

  • Bonjour,
    Je suis passionné de Batman : jusqu'à aujourd'hui j'ai vue et revue les films de Burton et Nolan, ainsi que lu pas mal de comics.
    Mais j'avoue ne jamais avoir pensé qu'il y aurait des animés version longue.
    Avant d'acheter à droite à gauche, j'aimerais être sûr.
    Si j'ai bien compris, pour toi, les deux meilleurs animés sont "Batman contre le fantôme masqué" et "Batman et Red Hood : Sous le masque rouge". Il y en a-t-il d'autre ? Et peut-on se procurer "Batman contre le fantôme masqué" en DVD (je ne l'ai pas vu sur amazon) ?
    Sinon, à lire ta très bonne critique de "Batman et Red Hood : Sous le masque rouge", je pense que c'est un achat sur...
    A+.

  • Bonsoir,

    Batman est, pour moi aussi, un de mes personnages de fiction préférés. Batman contre le fantôme masqué est effectivement le long-métrage d'animation le plus célèbre et le plus apprécié de l'univers du Dark Knight. Le plus mature aussi. Il n'est malheureusement pas disponible en DVD zone 2, mais en zone 1 avec un doublage canadien et des sous titres français (sur axelmusic par exemple).

    Batman et red Hood m'a bluffé : achat obligatoire ! Autre titre très sympa, tiré de la série Batman, la relève : Batman Beyond : Le retour du Joker. Histoire bien plus sombre qu'à l'ordinaire (seul dessin animé sanctionné par le PG-13 au états-unis, Interdit aux mineurs de moins de 13 ans non accompagnés). Il en existe d'autres (Batman et Mr Freeze : Sub-Zero, Batman : Catwoman), mais la quelité n'est malheureusement pas au rendez-vous. Pour plus d'infos et de partage autour de l'univers de Batman, je ne sais pas si tu connais le site La tour des héros, c'est excellent : http://bit.ly/ecL1Ny

    @+

Les commentaires sont fermés.