Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le chat noir (1934)

Un film de Edgar G. Ulmer

4804387773_53c49d40f1_m.jpgUniversal s'est fait le studio de l'épouvante et du fantastique, avec ses histoires morbides et ses personnages monstrueux. Après les succès de Dracula (Tod Browning, 1931) et de Frankenstein (James Whale, 1931), la firme entreptend de réunir les deux acteurs principaux dans une confrontation mano a mano : ce sera Le chat noir, avec Bela Lugosi et Boris Karloff. 

Point de chat noir pourtant ici,  ou si peu ; l'on ne retrouve la nouvelle d'Edgar Poe que dans la figure du chat, qui apparaît furtivement, comme pour justifier le titre du film. Rien de la maladie mentale qui ronge un personnage principal perdu dans les méandres cauchemardesques de son esprit. En lieu et place du récit de Poe, Ulmer et son scénariste Peter Ruric basent le film sur un couple en voyage de noces, qui rencontrent Vitus Verdegast, un docteur au regard tourmenté (Bela Lugosi), qui doit retrouver une ancienne connaissance... La superbe demeure celui-ci, sert de refuge à tout ce petit monde après des événements perturbateurs. La nature des relations entre les deux hommes est laissée dans l'ombre un moment, l'un et l'autre prenant à tour de rôle une attitude menaçante...

Alors qu'on aurait pu s'attendre à une ambiance gothique, qui sied bien aux adaptations d'Edgar Poe, elle s'oriente plutôt vers un modernisme art-déco (l'architecture de la demeure principale) qui est néanmoins censé se trouver en pleine Europe de l'Est : le choc des esthétiques répond aux affrontements des personnages entre, d'un côté, deux américains, et, de l'autre, deux "locaux". Le jeune couple est bien évidemment au second plan, un peu inactif, utilisé par Lugosi et Karloff pour tenter de gagner leur bataille. Le film se résume ainsi, à une lutte entre deux forces, comme en témoigne leur partie d'échecs où chacun déplace ses pions.

Ulmer fait montre d'une belle utilisation du langage cinématographique, notamment dans l'usage du hors champs (Lugosi martyrise un chat, torture Karloff) pour invoquer une puissace dans l'horreur suggérée mais diablement efficace. De même, l'utilisation des décors, découpant le cadre via des ombres envahissantes, donne au film un look qui n'est pas sans rappeler l'expressionnisme allemand. Le dernier décor de la mlesse, théâtral jusqu'à la démence, emmène le film sur des terres fantastiques bienvenues et dépaysantes.

Malgré des ficelles caricaturales, l'affrontement entre les deux géants de l'épouvante a porté ses fruits : ils nous ont effrayés, envoûtés. Alors, même si certaines ficelles sont épaisses, et si le couple (et le chat !) sont accessoires et desservent le récit (pourtant déjà ramassé : 62 minutes au compteur du beau dvd sorti chez Sidonis / Calysta !), il n'en reste pas moins une impression tenace et sombre, après la projection.

Disponibilité vidéo : DVD zone 2 - éditeur : Sidonis

title.jpeg

Les commentaires sont fermés.