Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Watchmen : le director's cut (2009)

Un film de Zack Snyder

3930256269_12e13f5de6.jpg

Dernière étape, qui vient après de premières impression sur le Watchmen cinématographique (ici et ), le director’s cut de cette adaptation discutée permet d’approfondir le sujet.

Inédit (pour l’instant) en Europe, cette version longue du film -24 minutes d’images inédites- assied Watchmen au côtés des director’s cut qui y gagnent une valeur ajoutée indéniable en regard de leur version originellement projetée en salles. On y retrouve les scènes d’anthologie, à commencer par un générique stupéfiant sur fond de The Times are A- Changin' : soit l’introduction de cette fameuse uchronie dans laquelle se débattent les personnages de notre histoire. On y croise le Comédien, visiblement très impliqué dans l’assassinat de JFK en 1963, ce même JFK qui a salué quelques années auparavant l’impressionnant Dr Manhattan ; l’alunissage en 1969, ainsi que la guerre du Viêt-Nam (gagnée en 1 semaine grâce à l’intervention du même Manhattan, véritable arme humaine qui dans le même temps peut être considérée comme un dieu - un journaliste télé nous dira plus tard « Dieu existe, et il est américain ! ». On y croise brièvement Andy Warhol qui sérigraphie Le Hibou, et Ozymandias au portes du célèbre studio 54, où l’on peut distinguer en arrère-plan David Bowie période Ziggy Stardust... Ces références à des épisodes de l’histoire récente des États-unis, tous rentrés dans l’inconscient collectif national, puis mondial, projette directement le spectateur dans une myriade de repères et installe également le décalage propre à l’uchronie : par l’intermédiaire de ce seul générique musical, on pénètre de plain pied dans la matière première de Watchmen - la BD.

Mais alors, qu’en est-il de ses ajouts par rapports à la version ciné ? La première chose que l’on peut avancer, c’est qu’on ne les remarque pas, à l’exception de la séquence de la mort d’Hollis Mason, le premier Hibou, qui occasionne une séquence de 4-5 minutes et des prolongements dans d’autres scènes connexes. Les autres ajouts sont donc prolongement de scènes existantes, qui fluidifient le récit, complexe, et apportent des précisions qui sont nécessaires à la vraie compréhension des enjeux du film. De nouvelles considérations du Dr Manhattan, au discours intérieur de Rorschach avec son journal, qui lient mieux les séquences entre elles. Même la scène d’amour, qui apparaissait trop superficielle dans sa version ciné, gagne ici quelques plans -le visage de Laurie, extatique, qui nous ancre dans une sensation plus réaliste. Les excès gore sont toujours aussi grand guignolesques, mais surprennent toujours autant par leur soudaine cruauté... Ce qui donne un cachet très particulier au film, surtout comparé au tout-venant des films de super-héros - avec ses ajouts, le film prouve d’ailleurs qu’il fait de moins en moins partie de cette catégorie, orientant l’ensemble vers une vision désenchantée où les personnages ne se battent pas du tout pour le bien de la communauté, mais pour leur seul plaisir personnel : une dérive très humaine, plutôt qu’un utopique combat désintéressé, d’où le leitmotiv qu’on retrouve dans la bd comme dans le film : Who Watches The Watchmen, ou : qui surveillent les gardiens ?

Soutenue par une musique toujours juste, tant du côté de la musique originale créée par Tyler Bates, ou par ses emprunts à la culture populaire mondiale (Dylan, Hendrix, Simon & Garfunkel, la chevauchée des Walkyries de Wagner, un peu de Mozart), Watchmen se pose en relecture de la culture populaire, admirablement contée et mise en image avec une passion respectueuse pour la bd d’origine ; si vous avez tout suivi, il faut donc : ne pas acheter la version ciné disponible en Europe, mais préférer l’import américain; et LIRE LA BD !

Au final, une version alternative nous attend encore au tournant avec l'Ultimate Cut qui ajoute à la version chroniquée ici le passage animé des Contes du vaisseau noir. La promesse de cette version "Ultime" sera-t-elle tenue, tant le Director's Cut paraît abouti ?

Commentaires

  • Bonjour

    Ah comme il me tarde de voir cette version longue dont il est question depuis le tournage... ! Et comme je suis déçu qu'elle ne soit pas prévue (officiellement en tous cas) sur notre territoire. Malgré tout, j'aurais tendance à parier pour une sortie "surprise" pas longtemps avant noël quelque chose comme ça.... :D

    Robby

Les commentaires sont fermés.